Tout le monde peut-il ouvrir ou reprendre une pharmacie ?

Les statistiques font état de 90% de survie pour une pharmacie récemment créée contre 80% pour une officine reprise par un nouveau pharmacien. Ces chiffres démontrent qu’ouvrir ou reprendre une pharmacie est profitable, que cette activité soit liée ou non à une parapharmacie en ligne ou traditionnelle.
Le pharmacien est obligatoirement détenteur d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie et doté d’au moins 6 mois d’expérience professionnelle. Il peut être propriétaire ou copropriétaire de la pharmacie, mais ne peut en aucun cas exercer un autre métier. Il ne peut donc pas posséder deux ou plusieurs officines de pharmacie. Une demande de licence auprès de l’ARS est obligatoire avant toutes les autres démarches. L’organisme peut avoir besoin de quatre mois pour étudier le dossier et le passer par les autres organismes concernés. Une fois la licence accordée, il faut déclarer l’officine de pharmacie au Conseil régional de l’ordre des pharmacies.

Rappelons que beaucoup de critères sont pris en compte pour accorder ou non la création ou la reprise dune pharmacie. Le lieu d’implantation est l’un des critères importants. Une pharmacie est autorisée pour 2 500 habitants par commune. Pour deux pharmacies ou plus dans la même commune, il faut compter les habitants par tranche de 4 500 (en plus des 2 500 de la première pharmacie).
Ceux qui souhaitent créer ou reprendre une pharmacie doivent aussi se préparer à un investissement financier conséquent. Pour une pharmacie en création par exemple, le capital de départ est prévu pour l’achat, les éventuelles rénovations et l’équipement du local (meubles, caisses enregistreuses, comptoirs, matériel informatique etc.) sans oublier le droit au bail. D’un point de vue social et fiscal, les pharmacies sont régies par des législations spécifiques à propos notamment de l’imposition des bénéfices ou encore des trois types de TVA qui s’appliquent sur les médicaments en fonction de plusieurs critères. Pour ce qui est des statuts d’exploitation, une pharmacie peut être exploitée en nom propre, en EURL, en EIRL ou en société d’exercice libéral unipersonnelle. Mais une pharmacie peut appartenir à plusieurs associés. Dans ce cas, c’est une société dont l’exploitation se fait en SNC, en SARL ou en Société d’exercice libéral unipersonnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *