Ouvrir un restaurant franchisé : quels sont les pièges à éviter ?

Quand on n’a pas les moyens d’ouvrir un restaurant franchisé chez mcdo, on pourrait avoir tendance à s’orienter vers d’autres enseignes. Néanmoins, dans le domaine de la restauration qu’ailleurs, il existe parfois des franchiseurs qui font des pratiques qui frôlent l’arnaque.

Pour vous éviter de tomber dans ces genres de pièges, avant de devenir franchisé d’une chaine de restaurants, il faut veiller à prendre en compte ces paramètres.

Les signes qui montrent que le franchiseur est peu fiable

Toutes les demandes sont quasiment acceptées

En principe, les grandes enseignes comme Mc Donald’s, Burger king et KFC sont très sélectifs sur le choix d’un candidat. Même s’il a les moyens pour payer le droit d’entrée et qu’il dispose d’un apport personnel conséquent, s’il n’est réellement pas motivé sa demande pourrait être refusée. En matière de franchise, les critères de sélection sont assez rude car comme on représente leur marque, il faut se soumettre à appliquer toutes leurs lignes de conduites.

De ce fait, si un franchiseur est peu regardant là-dessus, c’est qu’il y a forcément un vice caché dans le contrat. Donc il faut faire très attention.

Absence d’apport personnel et de droit d’entrée

Sur internet, les recherches relatives concernant un franchiseur qui ne demande pas d’apport personnel ni de droit d’entrée se comptent par milliers. Dans des secteurs comme la revente de produits en ligne, ça pourrait exister. Mais dans la restauration, c’est tout simplement impossible. D’ailleurs s’il y a un réseau de restaurant qui propose ce genre de pratique, forcément il va amputer ces montants quelques parts.

Proposition de rentabilité démesurée

Pour attirer un maximum de franchisé, certains franchiseurs leur offre la garantie d’avoir une rentabilité énorme en quelques mois. Mais ça aussi c’est impossible ! Même Mcdo le leader mondial de la restauration rapide ne peut pas faire ce genre de promesse. Chez eux, pour un investissement total de départ de 750 000 euros, on ne peut espérer avoir un CA de un à deux millions d’euros par an qu’au bout de deux ans d’ouverture au minimum.

L’absence de clause d’exclusivité

En principe un franchisé devrait avoir la prérogative d’avoir l’exclusivité sur un territoire donné. Si elle est absente dans le contrat, il faut tout de suite ne pas collaborer avec le franchiseur.  

La consigne à entreprendre avant de signer un contrat avec son franchiseur

Cette liste de piège est encore non exhaustive car tous les jours, les franchiseurs peu scrupuleux trouvent toujours de nouvelles méthodes pour embobiner leurs nouveaux franchisés. Afin de minimiser le risque de tomber dans un piège donc, le plus conseillé serait de faire lire le contrat à un juriste ou un avocat. Comme ça, s’il présente des vices cachés, ça se saurait tout de suite.